Café littéraire avec Boualem Sansal

Belle soirée en compagnie de Boualem Sansal, un auteur engagé, passionné et passionnant qui a littéralement conquis le public le 3 mai dernier. Ce café littéraire aura permis de beaux échanges, le tout animé et encadré par Pascal Schouwey, modérateur de la soirée.

L’auteur en quelques mots :

Haut fonctionnaire au ministère de l’Industrie algérien jusqu’en 2003. Il a été limogé en raison de ses écrits et de ses prises de position.

Son premier roman, »Le serment des barbares », a reçu le prix du premier Roman et le prix Tropiques 1999.

Son livre Poste restante, une lettre ouverte à ses compatriotes, est resté censuré dans son pays. Après la sortie de ce pamphlet, il est menacé et insulté mais décide de rester en Algérie.

Un autre de ses ouvrages, Petit éloge de la mémoire est un récit épique de l’épopée berbère.

Boualem Sansal est lauréat du Grand Prix RTL-Lire 2008 pour son roman Le Village de l’Allemand sorti en janvier 2008.

En juin 2012, il reçoit le prix du Roman arabe pour son livre Rue Darwin, avec l’opposition des ambassadeurs arabes qui financent le prix. Le 13 juin 2013 l’Académie française lui décerne le grand prix de la Francophonie, doté de 20 000 euros.

En novembre 2015, il reçoit le Grand Prix du roman 2015 de l’Académie française pour son livre ‘2084’.*

Dans son dernier roman  Le Train de Erlingen ou la métamorphose de Dieu, Erlingen est assiégée par un ennemi dont on ignore à peu près tout, appelé les Serviteurs, car ils ont décidé de faire de la soumission à leur dieu la loi unique de l’humanité. La population attend fiévreusement un train qui doit l’évacuer. Mais le train du salut n’arrive pas. Et si cette histoire était le fruit d’un esprit fantasque et inquiet, qui observe les ravages de la propagation d’une foi sectaire dans les démocraties fatiguées.

* source : Babelio

Ce contenu a été publié dans News, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.